Le  mercredi 5 mai 2021, c’était à la fois la journée internationale des sages femmes et la journée pour la santé mentale des mères. L’objectif de cette journée est de mettre en lumière les difficultés émotionnelles et psychologiques que peuvent rencontrer les femmes après l’accouchement et mieux comprendre ce qui se passe dans le cerveau des mamans.

A cette occasion le postnatal support network a invité Noémie Faure Nguyen,  psychologue périnatale qui a partagé les phénomènes qui se passent dans les cerveau des mamans (et aussi des papa) à l’arrivée d’un enfant. 

J’avais envie de vous partager toutes les informations que j’ai pu récolter, ce qui j’en suis sure va faire écho avec des sensations ou des situations que tu as pu rencontrer dans ton propre parcours.

3 phénomènes qui affectent la santé mentale des mères

La transparence psychique

Le psychisme humain est divisé en 2 parties

Le conscient regroupe toutes les pensées et les expériences que nous rencontrons dans le quotidien. Il sert à la réflexion et l’analyse.
L’inconscient réunit toutes les actions qui se font automatiquement sans l’intervention volontaire de notre cerveau. IL travaille en automatique et ne nécessite pas notre réflexion. C’est lui qui gère le fonctionnement de notre corps ou nos apprentissages.
L’inconscient et le conscient sont séparés par un corps caleux qui filtre les milliers d’informations que le cerveau reçoit chaque jour.

A l’arrivée d’un enfant, le filtre qui sépare le conscient de l’inconscient est fragilisé, ce qui entraine une gestion plus difficile des sollicitations extérieures se traduisant par des émotions plus fortes, de la vulnérabilité et plus de sensibilité.

La matrescence

La Matrescence est la contraction de maternité et adolescence. Ce concept a été mis en lumière par la psychologue Alexandra Sacks. Elle explique que l’adolescence est une période de transition entre l’enfance et l’âge adulte caractérisée par une évolution du corps et des changements hormonaux qui entrainent des bouleversements émotionnels. Ce stade du développement d’un jeune adulte est clairement identifié.

Pour la maternité, la transition du statut de femme à celui mère connait les mêmes caractéristiques ; pourtant ce phénomène n’est que très peu connu du grand public. Ces émotions, ces ambivalences de sentiments, ces crises identitaires sont tout à fait normales. Pourtant, le manque de transmission autour de ce sujet crée de l’incompréhension autour des difficultés que rencontrent une jeune maman.

Le mommy brain ou les changements dans le cerveau des mamans.

Le cerveau évolue pendant la période périnatale et certains diront qu’on perd ses neurones en oubliant des choses, ou en perdant notre concentration. En réalité, c’est le cerveau qui se spécialise dans son rôle de parent.
Ceci alors implique plus d’anxiété, plus de vigilance et de peur de la part de la jeune maman.

On a découvert aussi, que ces modifications du cerveau ne touchaient pas seulement les mamans, mais également les partenaires et les parents adoptifs.

Pourquoi nous vivons de telles modifications ?

Le bébé humain, nait très dépendant de ses parents. Il ne sait rien faire seul. C’est une question de survie de l’espèce que les parents répondent aux besoins vitaux de l’enfant.

Les besoins vitaux sont d’ordre physiques : manger, dormir changer la couche mais les besoins émotionnels jouent un rôle essentiel dans le développement de l’enfant (porter dans les bras, embrasser, câliner, parler).

En effet, on a vu des bébé se laisser mourir dans des orphelinats car ils ne recevaient pas d’amour…

Un jeune parent doit faire preuve d’énormément d’empathie et de sensibilité pour répondre correctement au besoin de son enfant.

Comment accompagner cette période si particulière ?

On estime aujourd’hui le taux de dépression post partum à 20% chez les jeunes mères, ce qui est important. Cette période de transition a été clairement oublié dans nos sociétés occidentales. Pourtant si nous connaissions mieux ce qui se passe physiologiquement dans le cerveau des mamans, la santé mentale des mères s’en porterait beaucoup mieux. L’entourage et les professionnels de santé, pourraient faire bloc autour de cette nouvelle famille. Les parents ont besoin de soin, d’attention, d’amour et de soutien pour traverser plus facilement cette période.

Ces transformations concernent également les seconds parents qui sont également touchés par cette période d’ajustement. En effet environ 10% d’entre eux sont touchés par une dépression et 50% par une augmentation du niveau de stress. Comme l’explique Noémie Faure Nguyen , il est très important d’intégrer le deuxième parent dans l’accompagnement et la préparation.

Comme tu as pu le constater, certaines situations que tu as pu rencontrer sont le résultat de ces modifications qui se passent dans le cerveau pendant la période périnatale. Tu te sens en ce moment, un peu plus vulnérable ou perdue et quand on y pense c’est logique. Le rôle de mère, ne s’installe pas du jour au lendemain. On quitte une ancienne version de nous-même pour en accueillir, une nouvelle, encore meilleure !

Si tu as aimé cet article tu es libre de le partager
  •  
    77
    Partages
  • 77
  •  
  •  
  •